Hier, se jouait au stade Olympique Lluis Companys de Barcelone la rencontre au sommet de la 15ème journée de la Liga : l'Espanyol Barcelone, invaincu depuis 10 matches, recevait le solide 3ème du championnat espagnol, le Real Madrid. Vu la situation actuelle du PSG, je me suis dit que je ne risquais pas d'avoir l'occasion de voir le Real en vrai alors j'ai décidé d'aller à Montjuic.
Il faut savoir que l'Espanyol est le deuxième club de Barcelone et que ça se sent : hier, le stade a connu sa meilleure affluence de l'année avec 33 000 spectateurs. Quand on sait qu'aux Jeux Olympiques de 1992, 50 000 personnes assistaient dans les mêmes tribunes aux exploits de Carl Lewis ou de Marie-Josée Pérec, le stade sonnait un peu vide.
Toutefois, il y avait bien plus d'ambiance que lors de ma première visite en août dernier pour le derby contre le Nastic de Tarragone. Mais ça n'empêchait pas non plus que les 2/5 des tribunes soient remplies de supporters madrilènes...

Côté jeu, c'est de loin l'Espanyol qui s'en est le mieux tiré enchaînant les passes et se ruant tout le temps vers l'attaque. Si de la Peña avait été dans une forme normale, le Real aurait pris très cher parce qu'hier, Ivan a été loin de justifier son 99 en précision passe courte à PES 5 : il n'en a pas réussi une ! C'est dommage parce qu'à chaque fois que le Tamudo a eu la balle, il a mis le feu à la défense madrilène.
En face, le Real a été apathique : pas une action d'envergure, que des intiatives personnelles, aucun jeu collectif... Pourtant, le 11 onze de départ était offensif puisque Capello alignait Guti, Reyes, Raul, Robinho et Van Nistelrooy ! Excusez du peu ! Mais dès que Ruud a marqué et que Cannavaro s'est fait expulser, Maître Capello a fait entrer 3 défenseurs : Mejia (c'était normal) à la place de Robinho, Diarra à la place de Reyes et Raul Bravo à la place de Van Nistelrooy.
Ce qui a été horrible, c'est la façon de jouer du Real après l'ouverture du score et l'expulsion de Cannavaro qui a suivi. On a pu assister à de jolis plongeons de Reyes, à Casillas qui se roule dans l'herbe après chaque intervention, à des tirages de maillot indispensable, à des corners tirés en 2 minutes... Le mieux restant Roberto Carlos qui s'apprête à faire la touche mais comme le ballon ne lui semble pas assez gonflé, il le jette et en attend un autre !
Le Real est passé d'une formation trop portée sur l'avant à une équipe froide, calculatrice et vraiment pas belle à voir jouer. Je n'ai jamais été un grand fan du Real, même à l'époque de Zidane et des galactiques et ça n'est pas prêt de s'arranger ! Le pire, c'est qu'ils gagnent en profitant de leur unique occasion...

Côté individualités, côté Espanyol, le capitaine Raul Tamudo a confirmé qu'il était dans la forme de sa vie et a fait passer un sale moment à la défense du Real. Autre joueur étonnant, le jeune arrière gauche Chica qui n'a rien d'une fillette et qui non content d'avoir étouffé Robinho s'est permis le luxe de prendre le dessus sur Salgado lors de ses montées offensives. Pour les déceptions, De la Peña a été médiocre ratant toutes ses passes et privant Tamudo et Luis Garcia de nombreuses occasions de but. Rufete a été inexistant et sa perte de balle est à l'origine du but du Real.
A Madrid, Van Nistelrooy est à l'image de son équipe : pas très beau à voir jouer mais diablement réaliste, une occasion, un but, 3 points. Sinon, Sergio Ramos a été le patron de la défense, Guti et Emerson ont bien tenu le milieu de terrain et Raul s'est sacrifié à défendre et était trop loin du but pour marquer mais il est en forme. Côté déception, Cannavaro, ballon d'or et joueur FIFA de l'année, a été médiocre, se faisant logiquement expulser suite à un 2ème carton jaune pour une main volontaire. Robinho a été transparent, a multiplié les mauvaix choix et les passements de jambe. Reyes n'a pas été transcendant non plus mais a eu le mérite de ne pas s'entêter et s'est efforcé à jouer simple.

Voilà, la plus mauvaise équipe a gagné et c'est triste. Il faut espérer que Séville et le Barça resteront devant Madrid au classement car ces 2 équipes pratiquent un jeu offensif et séduisant et encaissent autant de buts que le Real !
Le Real n'est d'ailleurs pas représentatif du style d'une Liga où les équipes jouent toutes pour gagner. A part le Real ou le Bétis, on a plutôt le droit à des bons matches et même les promus jouent le jeu. Si seulement, la Ligue 1 pouvait prendre le même chemin ! Pour cela, il faut éviter que le Real gagne quelque chose cette année !