Tout le monde ne parle que de la Champion's League mais je préfère m'attarder sur sa petite soeur, la Coupe de l'UEFA, qui et c'est un euphémisme ne passionne pas les foules. Je dois même avouer que la dernière fois que j'ai regardé la finale de cette compétition, c'était en 2001 lors de la magnifique finale remportée 5 à 4 par Liverpool face à Alaves.
Pourtant, on aurait tort de mépriser cette compétition qui a offert de beaux vainqueurs : le Porto vainqueur en 2003 est le même qui un an plus tard allait remporter la Ligue des Champions. En 2004, Didier Drogba explose aux yeux de l'Europe et Valence, champion d'Espagne cette année-là, s'impose : l'équipe est alors entrainée par Rafael Benitez qui l'année suivante soulèvera un autre trophée avec Liverpool, la C1. En 2006, le FC Séville corrige Middlebrousgh 4 à 0 et le club andalou confirme cette année en disputant au Barça le titre de champion d'Espagne.

Porto_2003   Valence_2004   Seville_2006

Une des raisons de suivre cette compétition cette année est qu'un club français pourrait l'emporter : ce qui soulignerait, les mauvaises langues vous le diront, le faible niveau de cette épreuve. Mais attention, le Bayer Leverkusen et Benfica poseront plus de problèmes à Lens et à Paris que leurs modestes adversaires grecs des 16èmes de finale. L'AEK Athènes a semblé complètement démotivé et a été aussi résistant que Maurice Papon...
Les clubs français ne sont pas les grands favoris de cette Coupe de l'UEFA puisque ce titre revient au champion sortant le FC Séville et au Werder Brême. En outsiders, on trouve les 3 autres clubs espagnols (l'Espanyol, le Celta Vigo et Osasuna), ce qui prouve que le niveau de la compétition est relevé, le Benfica Lisbonne et les anglais de Newcastle et de Tottenham. Les ukrainiens de Donetsk, tombeurs logiques de Nancy avec un Grégorini qui a démontré qu'il n'avait pas été pour rien le successeur de Trévisan dans les buts de l'OM, ont également une belle carte à jouer.
Au passage, on peut remarquer qu'aucune équipe italienne n'est encore en course ce qui prouve le faible niveau du Calcio cette année, presque un "championnat de seconde zone" comme le prétend l'excellent Gilles Verdez.

Frau  Osasuna  Benfica_Lisbonne  Shakthar_Donetsk

Même si tous les grands noms du football européen jouent la Ligue des Champions, la suite de la Coupe de l'UEFA s'annonce très intéressante avec des oppositions de style en perspective. On a des équipes portées sur l'attaque et le jeu court (Séville et l'Espanyol), des adeptes d'un football sans fioritures (les Rnahers et les Spurs de Tottenham), des équipes athlétiques (Lens et Newcastle) et des équipes joueuses comme le Werder, le Shakhtar Donetsk et même le PSG ! Enfin, on a même une équipe qui joue à l'italienne : les pamplonais d'Osasuna !
C'est dommage que les médias ne s'intéressent pas plus à cette épreuve qui, il faut l'avouer, a quand même perdu de son lustre d'antan. Comment faire pour le restaurer ? Tout simplement en diminuant le nombre de places en Ligue des Champions aux grands d'Europe car désormais, les grands chocs de la C1 sont banalisés et perdent en magie et même en intensité. Il faudrait aussi supprimer ce système de poules pour la C3 et se contenter des matches à élimination directe : la compétition gagnerait en lisibilité et même en intérêt.
Allez, on y croit et peut-être qu'avec Michel Platini à la tête de l'UEFA, "la vida puede ser maravillosa" et "todo va a cambiar"*...

Lens   Tottenham   Werder_Br_me   Sevilla