Comme c'était malheureusement prévisible, le Tour de France 2007 a été une nouvelle fois marquée par un scandale : comme souvent, c'est l'Equipe qui sort l'information et cette fois-ci, c'est Alexandre Vinokourov qui est contrôlé positif. Après sa chute dans l'étape d'Autun, le Kazakh avait ému le public en luttant contre la douleur et en montrant un visage humain, comme le Tour d'ailleurs...
Mais l'illusion est terminée et Rasmussen nous avait vite ramenés sur terre, aussi vite qu'il grimpe les cols et qu'il boucle les chronos, spécialité pour laquelle il s'est à peine entraîné... Les doutes sur les performances de Vinokourov étaient bien permis et le Docteur Ferrari était bien plus que son préparateur physique. C'est un nouveau coup dur qui est porté au Tour de France dont le vainqueur n'aura encore une fois aucune crédibilité. Mais ce n'est pas une surprise quant on sait que Vinokourov a longtemps appartenu à la T-Mobile dont le système de dopage généralisé avait été dénoncé par Riis, Zabel et Jasckhe.
Reste maintenant à attendre les explications du Kazakh qui ne devraient pas manquer de piment. On se souvient des médicaments pour la belle-mère de Rumsas, des stéroïdes anabolisants pour le chien de Franck Vandenbroucke, des bières qui augmentent le taux de testostérone de Floyd Landis ou les caramels à la cocaïne de la tante de Gilberto Simoni. Sans trop se mouiller, Vinokourov va nous dire que ce sont ses saignements qui ont déréglé son sang... Ce ne serait pas plus intelligent d'avouer et de donner des noms de soigneurs et de médecins peu scrupuleux ?

Mais ce qui est rassurant, c'est que ce sont les coureurs majeurs qui tombent puisque, par exemple, les 4 premiers du Tour 2003 (Armstrong, Ullrich, Vinokourov et Hamilton) ou 2005 (les 3 premiers cités + Basso) ont été contrôlés positifs. D'autres comme Rumsas ou Beloki, qui ont fini sur le podium à Paris, ont également été impliqués dans des affaires de dopage. Mieux (ou pire), tous les vainqueurs d'un grand Tour depuis le Tour de France 2005 ont tous été contrôlés positifs ou impliqués dans des affaires de dopage : Lance Armstrong, Roberto Heras, Ivan Basso, Floyd Landis, Alexandre Vinokourov et Danilo Di Luca.
Le ménage continue mais il est bien long et les choses ne s'améliorent que très lentement. Pour un vainqueur du Tour qui ne suscite aucune suspicion, ce n'est pas encore pour cette année : Rasmussen préfère sécher les contrôles anti-dopage et manque de chance, il n'a pas Internet et ses courriers n'arrivent pas. Quant à Contador, il est espagnol et court pour Discovery Channel : ça fait beaucoup...
Pour le Tour du Renouveau, on repassera en 2008. Pour les 10 ans de l'affaire Festina, ça aurait de l'allure. Mais d'ici là, il faut espérer de nouveaux cas de dopage chez les ténors de la petite reine...