Le tirage au sort des huitièmes de finale de la Ligue des Champions 2008-2009 avait lieu ce midi à Nyon. Comme l'an dernier, Lyon n'a pas de chance au tirage puisque l'OL rencontre l'équipe que tout le monde souhaitait éviter : le FC Barcelone et son potentiel offensif hors du commun.
Sinon, on aura également droit à trois chocs anglo-italiens avec des alléchants Chelsea - Juventus Turin, Arsenal - AS Rome et Inter Milan - Manchester United. Le Real Madrid - Liverpool promet également beaucoup. Par contre, les affiches Villarreal - Panathinaïkos, Sporting Portugal - Bayern Munich et Atletico Madrid - FC Porto sont nettement moins attrayantes sur le papier mais au final, ce seront peut-être elles qui donneront lieu aux plus belles rencontres.
Les matches aller auront lieu les 24 et 25 février 2009, les rencontres retour les 10 et 11 mars. Il y a donc deux mois à tuer avant que la Ligue des Champions ne devienne intéressante donc pour patienter, voici une petite présentation de chaque duel.

Chelsea - Juventus Turin. Les Nouveaux Riches contre la Vieille Dame pour un duel entre deux des meilleurs gardiens du monde, Cech et Buffon. Ces deux équipes ont fait de leur solidité défensive une marque de fabrique mais elles peuvent toutes deux également se montrer très dangereuses en attaque avec des individualités comme Anelka et Del Piero qui ont retrouvé leur niveau de la fin des années 90.
Lors des matches de poules, Chelsea a connu une fin de parcours compliquée en se faisant atomiser 3-1 par la Roma au Stadio Olimpico de Rome, en concédant un nul chanceux face à Bordeaux et en obtenant une victoire difficile face aux terribles Romains de Cluj. La Juve a connu un parcours beaucoup plus serein en battant deux fois le Real Madrid et en venant à bout plutôt facilement du Zénith Saint-Pétersbourg.
Malgré tout, je pense que Chelsea va se qualifier car les Londoniens ont eu plus grosse expérience de la compétition que les Turinois : depuis la saison 2003-2004, les Blues ont toujours au moins atteint le stade des demi-finales, sauf en 2006 où ils s'étaient inclinés face au Barça.

Villarreal - Panathinaïkos. La rencontre la plus Coupe UEFA de ces huitièmes de finale avec deux équipes qui ne sont pas des habituées des phases finales : Villarreal n'a participé qu'une seule fois à la C1 et avait tout de même atteint les demi-finales en 2006 mais les principaux artisans de cette épopée (Riquelme, Sorin, Arruabarrena, Forlan... ) ont quitté le sous-marin jaune alors que les Grecs n'avaient pas atteint ce stade de la compétition depuis 2000-01 et ce qui était à l'époque une deuxième phase de poules.
Villarreal est le grand favori de cette confrontation car quand on tient tête à Manchester United, on se doit d'éliminer une équipe qui encaisse 3 buts sur le terrain de Famagouste. Surtout, les Espagnols jouent l'un des plus beaux footballs d'Europe et ce serait un vrai plaisir de pouvoir continuer à admirer le jeu collectif des Senna, Cazorla, Pirès, Rossi, Nihat et autres Llorente.

Sporting Portugal - Bayern Munich. Ce n'est pas non plus l'affiche de l'année et a priori, la rencontre n'est pas des plus équilibrées. Les Ribéry, Klose, Toni, Zé Roberto et autres Schweinsteiger devraient s'en donner à cœur joie face à une défense du Sporting qui a encaissé 8 buts lors de ses 2 confrontations face à Barcelone.
Toutefois, si le Bayern donne des frissons à son public quand il a la balle au pied, il lui donne aussi des sueurs froides lorsqu'il ne l'a plus. Forcément, une équipe qui aligne Van Buyten dans son axe prétendre ne peut pas prétendre avoir la défense comme point fort. En plus, les Portugais ont deux excellents milieux de terrain en la personne de Veloso et Moutinho alors ils peuvent peut-être créer la surprise... sur une seule rencontre ! Car si le Sporting a réussi de belles performances cette saison en allant gagner à Donetsk par exemple, il semble qu'un fossé sépare les deux équipes

Atletico Madrid - FC Porto. Les deux équipes se sont déjà affrontés en Coupe d'Europe : c'était en 1963 lors de la Coupe des Villes de Foire et à l'époque, les Madrilènes s'étaient qualifiés. En 2009, l'histoire devrait se répéter tant le potentiel offensif des Colchoneros est impressionnant : Agüero, Simão, Forlan, Maxi Rodriguez ou Sinama-Pongolle, ça a de quoi effrayer une arrière-garde portugaise qui en a pris 4 à l'Emirates Stadium.
Porto a certes un bon milieu de terrain avec Raul Meireles et Lucho Gonzalez et du talent devant avec le trio Rodriguez-Lopez-Sektioui mais les Matelassiers semblent mieux armés dans tous les domaines. Mieux, l'Atletico n'a pas perdu une seule rencontre de C1 cette année alors en affrontant des adversaires du calibre de Schalke 04, Marseille, Eindhoven ou Liverpool. Il y a peu de chances pour que cette série soit interrompue par le vainqueur de l'édition 2004 de la Ligue des Champions.

Olympique Lyonnais - FC Barcelone. C'est la première fois que Barcelone et Lyon se rencontrent lors des phases finales de la Ligue des Champions. Et on aurait aimé que cette première fois ait lieu un peu plus tard dans la compétition, car en quatre confrontations en C1, Lyon en a perdu 3 face aux Catalans pour un nul. Et s'il y avait bien une équipe à éviter absolument, c'étaient bel et bien les Blaugranas.
En ce moment, le Barça marche sur l'eau et vient de battre Séville (3-0), Valence (4-0) et le Real (2-0) sur des scores sans appel. Messi est le meilleur joueur du monde, Eto'o se régale et Henry peut venir les épauler si besoin. Au milieu, Xavi régale ses partenaires, Yaya Touré ou Keita ratissent alors qu'Iniesta va bientôt revenir et faire parler sa classe. Et derrière, Puyol, Abidal et cie serrent le verrou pour que Daniel Alves, latéral plus dangereux en phase offensive que la majorité des milieux offensifs de la Ligue des Champions, puisse s'amuser des défenses adverses avec Messi.
Barcelone est intouchable en ce moment et il faudrait une blessure de Messi pour le rendre plus humain. Ou alors, il faudra que Lloris multiplie les exploits, que Cris retrouve son niveau de ses premières saisons entre Saône et Rhône, que Toulalan bloque Xavi et Iniesta, que Juninho débloque la situation sur coup franc ou que Benzema donne envie à Barcelone de claquer 50M€ pour l'arracher aux griffes du Real l'an prochain...

Real Madrid - Liverpool FC. Le Real et Liverpool sont les deux équipes les plus titrées de cette édition 2008-2009 de la Champion's League avec respectivement 9 et 5 titres de Champion d'Europe des clubs. Mais ces deux habitués de la C1 ne se sont que très peu rencontré puisque leur dernière confrontation en Coupe d'Europe des Clubs Champions remonte au 27 mai 1981 : dans un Parc des Princes plein comme un œuf, Ray Kennedy avait offert aux Reds leur troisième succès en C1 aux dépens du Real de Stielike et Camacho.
Il sera difficile aux Madrilènes de prendre leur revanche surtout qu'un enfant de la capitale espagnole, répondant au doux surnom d'"El Niño" justement, aura à cœur de briller face à une équipe qui ne lui a jamais vraiment réussi lorsqu'il jouait en Liga. Et comme Steven Gerrard n'a jamais non plus marqué à Bernabeu, il voudra certainement ajouter cette enceinte mythique à la liste de tous les stades où il a trouvé le chemin des filets, et dieu que cette liste est longue.
Surtout, Madrid est en crise et finira la saison sans Van Nistelrooy, De la Red et Mahamadou Diarra, 3 titulaires indiscutables. Mais Juande Ramos, le nouveau coach, a souvent réussi de belles choses en Coupe (2 Coupes UEFA avec le FC Séville, 1 Coupe de la Ligue avec Tottenham) et si l'intégration des recrues Huntelaar et Lassana Diarra (s'il a redonné de ses nouvelles entre temps) se passe bien alors peut-être que le Real passera le cap des huitièmes pour la première fois depuis 5 ans !

Arsenal - AS Rome. Comme chaque année, Arsenal s'est sorti sans trop d'efforts d'un des groupes les moins relevés de la compétition. Et comme souvent, Arsenal ne devrait pas aller loin dans cette compétition, surtout face à une équipe de l'AS Rome toujours très à l'aise à ce stade de la compétition.
Je ne crois pas en cette équipe d'Arsenal car je trouve ses joueurs surcotés. Almunia est un bon gardien mais pour la Premier League, Sagna est un Bernard Mendy en moins rapide, l'Espagne regorge de milieux aussi bons que Fabregas (Xavi, Xabi Alonso, Iniesta, Arteta...) alors qu'Adebayor ne peut pas profiter de la faiblesse de la défense adverse pour gonfler son total de buts comme il le fait en Angleterre. Et les Gunners n'ont jamais compensé le départ de Flamini à la récupération et manque d'un guerrier au milieu.
En face, la Roma commence toujours doucement ses saisons pour finir en trombe. En fait, cette équipe est totalement dépendante du génie de son joueur emblématique Francesco Totti et s'il est en forme, tout se passera bien : Mexès contrôlera sa défense, De Rossi sera omniprésent au milieu et Perrotta fera parler sa technique. Le problème pour les Gunners, c'est que Totti est souvent en forme au printemps.

Inter Milan - Manchester United. Sans conteste, cette rencontre est le choc de ces huitièmes de finale puisque le double champion d'Italie rencontre le double champion d'Angleterre. Il y aura plusieurs matchs dans le match car les deux équipes regorgent d'individualités mais le duel le plus savoureux opposera sans doute les deux entraineurs : José Mourinho et Alex Ferguson.
Ces deux dernières années, l'Inter s'est à chaque fois fait sortir à ce stade de la compétition alors jamais deux sans trois ? J'ai envie de dire non car depuis 2005, le tenant du titre n'a jamais passé l'écueil des huitièmes : ce duel marquera donc la fin d'une série noire. Et je pense que la malédiction du champion va se poursuivre car même si Quaresma est le Ronaldo du pauvre (individualiste, égoïste, prétentieux mais inefficace), l'Inter va sans doute bâtir une équipe très difficile à manœuvrer avec le génial Ibrahimovic pour mener des contres assassins.

Pour résumer, voici mes pronostics :
Chelsea - Juventus : Chelsea.
Villarreal - Panathinaïkos : Villarreal.
Sporting - Bayern : Bayern.
Atletico - Porto : Atletico.
Lyon - Barcelone : Barcelone.
Real - Liverpool : Liverpool.
Arsenal - AS Rome : AS Rome.
Inter - Manchester : Inter.

Et vous, qui voyez-vous atteindre les quarts de finale ?