L'Allemagne en avait collé 4 à l'Angleterre et à l'Argentine, l'Allemagne jouait un football fantastique et enthousiasmant, l'Allemagne était l'équipe qu'il était de bon ton de supporter. Sauf que la Mannschaft n'avait pas encore affronté une équipe du calibre de l'Espagne avec une telle organisation collective. Et comme en 2006, les Allemands ont faibli physiquement au plus mauvais moment, un fléchissement des troupes déjà aperçu face à l'Argentine mais occulté par le réalisme exacerbé de Klose & cie.

Les hommes de Joachim Löw sont tout simplement tombés sur plus forts qu'eux avec un milieu de terrain ibérique qui a complètement étouffé son homologue. Et la présence de Thomas Müller n'aurait absolument rien changé car le trio Xabi Alonso - Busquets - Xavi a littéralement éteint le duo Schweinsteiger - Khedira.
Les Espagnols ont ainsi pu confisquer le ballon et enchainer les passes dans le camp adverse. Avec un peu plus de réalisme, la Roja aurait même pu l'emporter sur un score plus lourd. Car si elle ne remporte ses rencontres que sur le plus petit des écarts, l'équipe de Del Bosque se crée à chaque fois un grand nombre de situations dangereuses, la plupart du temps initiées par le génie d'Andrès Iniesta.
Cette équipe d'Espagne est tout simplement la meilleure équipe du monde car elle est la seule à pouvoir imposer son jeu à son adversaire. Les Allemands ont tenté de renier leurs principes hier pour ne pas se découvrir face à l'invincible armada mais il n'ont jamais été capables de ressortir proprement un ballon de contre-attaque. La faute à un pressing collectif parfaitement rodé. Jamais l'Allemagne n'a été en mesure de faire frissonner les supporters espagnols et ce n'est certainement pas l'entrée de Mario Gomez qui aurait pu changer quelque chose, surtout avec Piqué et Puyol en face de lui.

Meilleure équipe du Monde depuis son sacre à l'Euro 2008, l'Espagne a rendez-vous avec l'histoire et peut, comme l'équipe de France en 2000, réaliser le troisième doublé Euro - Coupe du Monde. Avec la meilleure charnière du monde, le meilleur milieu de terrain et le meilleur attaquant de la compétition, tous les espoirs sont permis.
En 2006, Iker Casillas avait proclamé "Cette génération sera championne du Monde" mais n'avait pas précisé l'année. Bien lui en a pris car en 2010, sa prophétie pourrait bien se réaliser. Et contrairement aux autres années, en ce début de mois de juillet, on fera pas la fête qu'à Pampelune mais dans tout le pays !