France 46 - 19 Ecosse. Grâce à essai que personne n'a vu à part l'arbitre vidéo, les Bleus ont remporté pour la deuxième année consécutive le Tournoi des VI Nations mais comme il n'y a pas eu de Grand Chelem tout le monde aura oublié ce titre dans deux mois. Enfin, ça rajoutera une ligne au palmarès peu fourni de joueurs comme Mignoni ou Vermeulen et c'est à peu près tout. Surtout que dans un peu moins de 6 mois, le titre de champion d'Europe des Français aura bien peu d'importance à l'heure d'aborder la Coupe d'Europe. Ce tournoi devait permettre d'aider à définir la liste des 30 pour la Coupe du Monde mais les sélectionneurs ont peu ou pas avancé et s'en remettent désormais aux performances aux clubs lors des prochaines semaines.
Sinon, pour le match en lui-même, rien de nouveau. Le pack emmené par Thion, Betsen et Harinordoquy a été grandiose et a largement dominé son adversaire et a permis aux français d'obtenir une victoire plutôt facile. Par contre, derrière, à part Jauzion et Heymans, c'est toujours le désert : Mignoni a toujours besoin de faire 4 pas avant de donner la balle à son 10, histoire de laisser à la défense adverse le temps de se replacer, Beauxis est aussi adroit avec ses mains que Mignoni avec ses pieds, Poitrenaud ne sait toujours pas capter une chandelle, Marty ne sait pas se situer par rapport à Jauzion et Clerc se croit toujours à Croke Park et veut sauver la patrie sur chaque action.
En face, les Ecossais ont fait 10 bonnes premières minutes avant de s'écrouler totalement. En défense, ils ont paru orphelins de Jason White et en attaque, les arrières ont été un peu patauds à part Sean Lamont et Chris Paterson. Taylor a répondu présent et Cusiter a fait une bonne rentrée mais le XV du chardon manquait de piquant et a confirmé qu'il était la plus mauvaise équipe du Tournoi malgré une volonté louable d'aller de l'avant. Malheureusement, aller au chardon n'est pas toujours suffisant...

Lutte_a_rienne_entre_Imanol_Harinordoquy_et_Nathan_Hines  Julien_Bonnaire_en_apesanteur  Sean_Lamont_pris_par_Pascal_Pap_  Essai_de_C_dric_Heymans

Italie 24 - 51 Irlande. Les Irlandais pensaient avoir assuré leur victoire dans le tournoi en mettant plus de 8 essais aux Italiens. Comme ils voulaient encore un peu profiter de leur week-end à Rome, ils ont tenté de marquer un 9ème essai pour la route. Mais les Italiens ne l'ont pas entendu de cette oreille et ont voulu terminer ce tournoi sur une note positive et De Marigny a donné le la en inscrivant un essai pour l'honneur à la 81ème minute. Essai qui coûte cher aux Irlandais car ils perdent le Tournoi au point-average.
Sinon, les coéquipiers d'O'Driscoll ont réussi un match splendide que les Italiens ont laissé échapper à la 39ème minute : la Squadra est à 5m de l'en-but irlandais et Parisse essaye de transmettre la balle à son ailier pour un essai assuré, mais sa passe est interceptée et l'intenable D'Arcy conclue le contre. Ensuite, la troisième-ligne irlandaise a facilité la tâche de ses arrières qui ont enchaîné les actions de grande classe avec un O'Gara au sommet de son art, un O'Driscoll fidèle à sa réputation de meilleur trois quarts centre du monde, un D'Arcy qui comme en 2004 est le meilleur joueur du Tournoi et un Hickie retrouvé.
Comme cela était prévisible, les Italiens ont payé cher les absences de certains joueurs, la faute à un réservoir encore trop réduit. C'était sensible derrière où sans Canale, Masi et Bortolussi, les arrières ont souffert de la comparaison avec leurs flamboyants homologues.

Marco_Bortolami_imp_rial_dans_les_airs  Denis_Hickie_fait_la_course_avec_Mirco_Bergamasco  Shane_Horgan_dans_les_airs  Brian_O_Driscoll__chappe_au_placage_d_Ezio_Galon

Pays de Galles 27 - 18 Angleterre. Les dragons rouges ont retrouvé la flamme et ont logiquement battu des Anglais dépassés par l'audace galloise. Le XV du Poireau a retrouvé son jeu porté sur l'attaque et a sauvé l'honneur en laissant la cuiller de bois aux Ecossais. Comment un miracle est-il possible ? Tout simplement, les meilleurs joueurs des lignes arrières qui manquaient à l'appel au début de la compétition : Shane Williams, Tom Shanklin ou Gareth Thomas, ça vous change une attaque ! Et puis que dire de la presation de James Hook, le roi du crochet, à l'ouverture : il a tout fait aux anglais et a inscrit 22 des 27 points de son équipe.
Côté anglais, on a assisté à une nouvelle performance décevante malgré un sursaut d'orgueil en fin de première mi-temps. Il semble loin le temps où le XV de la Rose dominait l'Europe et le Monde mais sait-on jamais...

Marc_Cueto_se_heurte___Gareth_Thomas  Essai_de_Jason_Robinson  Duel_en_haute_altitude  Drop_de_James_Hook